COGITO ERGO SUM ?

COGITO ERGO SUM ?

COGITO ERGO SUM ?

Nos sociétés occidentales et modernes ont fait de la pensée une suprématie. « Je pense donc je suis. » On privilégie le mental, la réflexion, la cogitation. Cette vision des choses est tellement réductrice. Notre tête ne se balade pas toute seule à ce que je sache ! Elle est portée par un corps. La tête et le corps font partie d’un même système, ils interagissent ensemble et permettent à un individu de gouverner l’ensemble de sa personnalité.

Malheureusement, le corps est rarement consulté dans nos prises de décision, nos choix, notre voix. On s’en remet seulement à la tête pour évaluer, jauger, trancher. Or le corps est un immense livre, avec son intelligence propre. Ce corps qui nous porte jour après jour est un formidable bavard silencieux. Dans le silence de ses élans, de son dynamisme, de sa façon de se mouvoir, de prendre sa place, il parle bien plus vite que nos mots. Dans ses malaises, ses mouvements défensifs, il parle de nos maux, souvent plus rapidement que notre conscience.

« Si tu veux reconnaître tes pensées de la veille,

regarde ton corps d’aujourd’hui.

Si tu veux savoir ce que sera ton corps demain,

regarde tes pensées d’aujourd’hui. »

Adage indien

Notre cerveau est intimement lié au corps et toute la cognition humaine dépend de phénomènes corporels élémentaires. En nous coupant de notre corps, on se coupe de toute son intelligence et de ses infimes potentialités. C’est comme si on foutait 50% de notre intelligence à la poubelle !

Redonner ses lettres de noblesse au corps

Sous prétexte que le corps serait moins noble que l’esprit, on s’empêche de voir et de comprendre que c’est dans ses mouvements que les solutions se trouvent.

Est-ce en restant assis, à essayer de trouver des solutions dans l’immobilité que notre vie s’en trouve meilleure ? L’immobilisme engendre inertie et lourdeur.

Si nous échouons si souvent dans les changements que nous essayons d’intégrer dans nos vies, c’est que nous prenons rarement en compte cet élan primaire du corps et que nous l’engageons si peu dans le processus global. La tête veut quelque chose, mais le corps ne suit pas. En théorie, tout va bien. Dans ce monde de la théorie, tout est pour le mieux, mais en fin de compte rien ne se crée durablement car le corps n’incarne pas cette théorie échafaudée mentalement.

Le non engagement du corps crée l’incohérence

En situation de communication, force est de constater que souvent l’incohérence est palpable chez bon nombre d’entrepreneurs. La bouche énumère des mots et le corps en dit d’autres. Or la plus grande part de notre communication est avant tout non verbale. Autant dire que les mots silencieux du corps parlent très forts et l’emportent bien souvent sur nos mots sonores. Le corps précède nos paroles et ses mouvements résultent de l’image de soi, des croyances adoptées, de l’éducation reçue… Les paroles du corps impactent le ressenti de votre interlocuteur bien plus que la raison de vos mots.

Muscler les mots

Le mouvement est au cœur de ma vie, qu’il soit lent, rapide, saccadé ou fluide. J’y puise une immense richesse jour après jour. Que ce soit pour amplifier mon bien-être, ouvrir un espace de liberté totale, trouver des solutions, jouer ou m’enraciner. Brainstormer avec mes pieds m’a toujours menée vers le chemin le plus juste. Le mouvement m’a permis de mieux m’incarner dans mes mots, de développer ma présence en silence, de me relier aux autres sans paroles, dans l’énergie du corps et la sensorialité.

C’est pourquoi j’offre les ateliers de Mouvement Thinking auprès des entrepreneurs et des gestionnaires. Pour qu’à leur tour, ils puisent dans l’immense réservoir de richesses et de potentialités que recèlent le corps et le mouvement. Pour que leurs mots, leur vision et leur business s’incarnent dans le muscle et la cellule du vivant.

Si vous sentez l’appel en vous pour vivre vous aussi cet espace de liberté du mouvement et puiser dans la grande intelligence du corps pour muscler votre business, j’offrirai mes prochains ateliers de Mouvement Thinking à compter du 15 janvier 2017 à Sherbrooke. Contactez-moi pour en savoir plus !

Répondre

Message
Nom
Email
Site Web